PEAUX DE GESTES

peau-geste-2.jpg
2010, peinture glycérophathlique sur verre synthétique, 23,5 / 32,5 cm


Dans un écosystème tous les éléments développent un réseau d’échanges d’énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Ce flux se matérialise par les conséquences physiques de ces échanges. Les peaux de gestes matérialisent l’un de ces flux.

Sur une fine plaque de verre synthétique, le geste prend corps et devient l’image d’un organisme vivant : une peau qui frémit.
Recouverte de peinture, éclaboussée de diluant et plaquée sur une feuille, une surface transparente est marquée par un geste vif.

Encadrée et accrochée au mur, elle peut également être constituée de plusieurs éléments juxtaposés à même le sol ou être posée contre le mur.

 

Échange :
Question –> Est ce que cela représente quelque chose ?
Réponse –>
C’est la matérialisation d’un geste. Celui-ci s’ancre dans un contexte, une éducation, un mode de pensée… Comme dans un écosystème, c’est un réseau d’échanges d’énergie et de matière. Ce flux c’est de l’immatériel qui devient matériel.

Question –> Vous choisissez souvent de montrer cette production seule au centre d’un mur ?
Réponse –> Dans cette installation, l’espace vide met en valeur l’œuvre qui s’épand sur tout le mur. Le vide étant aussi l’espace dans lequel le geste se déploie.
 

 



video de drap  - espace temps
peau geste
44°47'28.14"N x 0°31'43.38"O
peau tendue
IMG_3115
empreinte fossile